Budget de la défense by Thomas-Xavier Christiane

L’article original vient du site d’information Dawn.com.

 

Budget de la défense

 

L’annonce que le militaire sera, « une routine dans l’augmentation du budget annuel », a justement déclenché une discussion à propos de cette annonce.

Pendant de nombreuses années, une dispute s’est construite sur le principe que le Pakistan dépense trop pour la défense et qu’en résultat, ses priorités de livraisons de services développementaux et sociaux en souffrent. En réponse, l’argument a été avancé que le Pakistan fait face à un adversaire plus large qui dépense bien plus dans le renforcements de ses capacités militaires, et ce, malgré que nos dépenses paraissent plus larges vue en proportion du PIB, lorsqu'elles sont petites en comparaison de l’échelle de la menace auquel le pays fait face.

Le vieux dilemme du « flingue contre le beurre » est probablement la seule réelle conversation économique que ce pays à eu depuis au moins les années 1980. Ce qui complique le tableau, ce sont ces parts du budget qui sont dépensées par l’établissement de la défence mais sont déclarées sur des autorités civile. Par exemple, au travers du Secteur Public de Développement de Programme, où les allocations sont séparés pour les pensions militaires celles-ci étant déclarées dans les document du budget mais hors du budget de défense routinier.

En plus de tout ça, les allocations pour les approvisionnements et dépenses militaires pour la guerre contre le terrorisme restent opaques. Donc, de larges montant des allocations de la défense ne sont pas pris en compte pour le budget de la défense, là où presque la moitié de ce montant est destinées aux salaires.

Maintenant, mais aussi dans le passé, quand le pays à du passer aux travers de ses cycles d'austérité, avec des réductions pointues dans les dépenses, l’établissement de la défense doit et aurait du partager le fardeau. Par exemple, pendant les années allant de 2009 jusque 2013, alors que le pays était toujours en train de se rétablir de l’impact du grand crash de 2008 et devait passer au travers d’une période d’intense austérité, les augmentations dans les allocations de la dépenses ont augmentés d’à peu près deux à trois pour-cent par années.

Au delà des nombres actuels, la conversation autour de cette allocations a maintenant besoin de bouger vers un plus large thème de réforme. 

Pour commencer, notre compréhension des allocations de défenses pourraient bénéficier d’une plus grande transparence et communication. C’était une réforme durement gagnée quand le gouvernment a persuadé l’établissement militaire de communiquer plus qu’une seule ligne du budget de la défense, mais il y a toujours beaucoup de place pour l'amélioration dans la communication du régime des dépenses de la défense.

Après cela, le pas suivant serait la supervision de la manière dont l’argent est dépensé. Cela sera pour quand on pourra dire qu'une authentique réforme a été faite.